Prévention de la radicalisation : un enjeu républicain majeur

Dans le fil de son investissement dans les commissions d’enquête parlementaire, Christophe Cavard continue ses travaux sur la prévention de la radicalisation, en interrogeant à la fois les différentes déclinaisons ministérielles du plan gouvernemental, et en étudiant certaines situations locales.

C’est dans ce cadre qu’il a rencontré fin février le cabinet de Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes, pour évoquer les volets spécifiques de la protection de l’enfance, et les dispositifs d’accueil des familles de retour des théâtres de conflit. Cette rencontre donnait suite aux échanges avec la Ministre lors de sa venue à Nîmes en décembre dernier.


S’il y a aujourd’hui peu de cas de retours, et s’il est difficile d’avoir une prospective sérieuse sur cette question particulière, il y a nécessité de prévoir les dispositifs locaux en mesure d’être une réponse appropriée à chaque situation individuelle ou familiale.

Les enjeux liés à la radicalisation violente d’une fraction de la jeunesse, et à la stratégie de terreur impulsée par Daech, sont des enjeux à long terme. Ce sont des enjeux républicains majeurs. Ils concernent l’ensemble des secteurs ministériels, qui doivent faire converger leurs efforts pour une réponse cohérente et efficace.

Outre la mission spécifique d’accueil des « retours », le ministère de Laurence Rossignol travaille en liaison étroite avec les associations familiales, les réseaux nationaux de la prévention spécialisée, des maisons des adolescents, les fédérations d’éducateurs et de pédopsychiatrie, pour faire remonter les expériences locales.

Christophe Cavard s’inscrit dans la démarche entreprise par Laurence Rossignol qui explique « avoir confié au CNLAPS [Comité national de liaison des acteurs de la prévention spécialisée] une étude cartographique de la prévention spécialisée avec des recommandations qui viendront alimenter les discussions du groupe de travail interministériel. Je pense qu’il y a un débat politique à avoir autour de la prévention spécialisée (…) les réponses ne sont pas uniquement dans les rapports police-citoyens – les rapports police-jeunes en particulier. Une des réponses, c’est la place du travail social et de la prévention spécialisée dans les quartiers. Cette question devrait être à mon sens plus présente qu’elle ne l’est dans le débat aujourd’hui ».

L’une des particularités de ces politiques réactives, est qu’elles cherchent avant tout à s’adapter aux ressources locales disponibles, plutôt que d’imposer un cadre de réponse similaire dans tous les départements.

L’analyse des « bonnes pratiques » de la prévention de la radicalisation que mène Christophe Cavard l’amène par conséquent à observer des configurations territoriales d’action très différentes selon le tissu associatif et administratif mobilisable sur place.

Début mars, il rencontrait le Préfet de Loire, M. Evence Richard, pour évoquer la situation de ce département légèrement moins exposé que les départements d’Île-de-France, des Bouches-du-Rhône ou du Gard, que Christophe Cavard a déjà pu observer.

La rencontre a permis également un échange sur des travaux antérieurs, notamment les systèmes de prévention anglais et canadiens que l’actuel Préfet de Loire a pu analyser lors de missions précédentes.

Christophe Cavard a ensuite rencontré à Sainte Etienne l’association mandatée pour assurer la cellule d’écoute et d’accompagnement des familles, puis la présidente du Comité National de Liaison des Acteurs de la Prévention Spécialisée, pour évoquer la parution des « Repères pour la pratique », un recueil de partage d’expériences à destination des cellules d’écoute et d’accompagnement.

Il avait participé le 24 janvier dernier au séminaire national sur la radicalisation des jeunes, et le rôle des structures de prévention spécialisée, à la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord, organisé par le Comité national de liaison des acteurs de la prévention spécialisée (CNLAPS).

Ressources:

http://www.lagazettedescommunes.com/494306/protection-de-lenfance-les-enfants-revenant-de-syrie-doivent-faire-lobjet-dune-prise-en-charge/

 

Illustration : couverture d’un guide édité par le Centre de Prévention de la radicalisation menant à la violence de Montréal – Canada

Laissez un commentaire

Remonter